Posts from the ‘Nu soul créole’ Category

Festival des Nuits tropicales à Paris

Ce premier festival des musiques du sud, organisé par Aztec Musique, se déroulera les 4, 5 et 6 mars prochains, au Zénith et au Trabendo, deux salles du parc de la Villette, à Paris


La programmation, année des Outre-mer français oblige, sera essentiellement consacrée à la musique caribéenne. Une large place sera faite à la découverte des nouvelles tendances de la musique antillaise avec des artistes comme Stevy Mahy, Victor O, E. Sy Kennenga, Soft qui, s’ils ont aujourd’hui un véritable impact auprès de leur public, n’en sont pas moins totalement inconnus du public hexagonal.

Le vendredi soir au Zénith, deux artistes emblématiques de la nouvelle scène créole, Victor O (Martinique) et Soft (Guadeloupe) précèderont sur scène l’une des révélations majeures de l’année en world music africano-espagnole, Buika, qui avait rempli la salle Pleyel début 2009.

A l’issue du concert, à partir de minuit jusqu’à 6 heures, les couche-tard pourront rejoindre le Trabendo où les meilleurs Djs afro-antillais animeront un grand dancefloor tropical.

La soirée du samedi au Zénith sera consacrée à la danse, de 20h à 5 heures. Au programme, biguine et mazurka avec Rony Théophile, un artiste guadeloupéen qui a entrepris de les remettre au goût du jour ; zouk, Rn’B et soul avec Tropical Juke Box qui est un collectif d’artistes très novateur autour de Lynnsha, Neg’ Marrons, Milca et Singuila ;  zouk avec le Zouk all stars, évènement créé pour le festival et qui est constitué de quelques uns des artistes les plus représentatifs du genre : Princess Lover, Jocelyne Labylle, Kim, Warren, V-Ro et d’autres, et enfin kompa avec Ti Kabzy et Carimi.

Parallèlement, le samedi soir, au Trabendo, prendra place une programmation jazz créole de 20 à 23 h 30 autour du big band de Tony Chasseur, Mizikopéyi, qui rassemble la crème des musiciens antillais et du groupe de Thierry Fanfant.

Le dimanche, le Zenith accueille le troubadour réunionnais Davy Sicard et Stevy Mahy. Ce sera aussi le premier concert à Paris des Réunionnais de Groove Lélé qui viennent de remporter les Trophées des Arts Afro Caribéens, ainsi que le premier passage au Zénith de Raoul Paz après son concert à guichet fermé à l’Elysée Montmartre de décembre dernier.

Malavoi fêtera ses 40 ans et invitera tous ceux et celles qui ont participé leur aventure. Enfin, ce sera la création à Paris de Léritaj Mona, spectacle en hommage à Eugène Mona, disparu en 1991, et qui était l’un des très grands de « la musique des Mornes » en Martinique.


La programmation des Nuits tropicales au Zénith de Paris

Vendredi 4 mars de 20 heures à 23 h 30

Victor O (Martinique), Soft (Guadeloupe), Buika (Espagne/Afrique)

Samedi 5 mars de 20 heures à 5 heures

Ti Kabzy (Haïti), E.Sy Kennenga (Martinique), Rony Théophile (Guadeloupe), Tropical Juke Box(Martinique/Guadeloupe), Carimi (Haïti), Zouk all stars, avec (Lynnsha, Neg marrons Singuila, David Denin de Martinique/Guadeloupe/Guyane/Réunion)

Dimanche 6 mars de 16 heures à 22 heures

Malavoi + invités (Martinique)

Raul Paz (Cuba)

Davy Sicard (Réunion)

Leritaj Mona (Martinique)

Stevy Mahy (Guadeloupe)

Groove Lèlè (Réunion)


La programmation des Nuits tropicales au Trabendo

Vendredi 4 mars de minuit à 6 heures

Tropical dance floor

Samedi 5 mars de 20 h 30 à minuit

Mizikopéyi big band

Source : http://www.fxgpariscaraibe.com/article-festival-les-nuits-tropicales-66324209.html

 

////////

Lire aussi : Festival les Nuits Tropicales : ITW Eric Basset

Publicités

Erik…Portrait d’un Talent de Guadeloupe

Erik est pour l’artiste majeur de ce que l’on appelle la nouvelle scène créole, un pur diamant brut, hyper doué, simple, intelligent et en perpétuel développement. Je l’ai d’abord entendu sur Cd, puis vu en concert, en 2006, grâce  la compilation Soulatypik, regroupant les voix de la soul française et depuis, je suis scotchée par la fulgurance de son parcours.

Depuis la sortie de son 1er album, Chayé Kow, en 2008, il a remporter tous les défis. Révélé au public parisien au festival Ville des Musiques du Monde 2008, l’année 2009 le retrouve sur les scènes du New Morning, de l’Olympia avec Tanya Saint-Val, des Francofolies de La Rochelle en lauréat des DomTom Folies pour la Guadeloupe, du Théâtre du Châtelet pour la remise du Trophée « Artiste révélation » des Arts Afro-caribéens. Le concert d’Erik et ses musiciens à La Cigale, le 4 juin 2010, a démontré la pleine mesure et la fraîcheur de leur talent. Et cerise sur le gâteau, il se permet le luxe d’être nommé « Révélation 2010″ du Prix Sacem Guadeloupe, alors qu’il n’est plus une révélation, mais bien un artiste confirmé !

Il participe au Festival « Talents de Guadeloupe » le  07/01/01 : Les talents de Guadeloupe investissent Paris en janvier

Lire l’interview d’Erik sur Rfi.com : Erik au Festival Talents Guadeloupe

//////////

Chayé Ko’w

Mal – 

Si ou pa la

On bel jouné

La vi bon – 

Ba mwen an ti bo – 


Inès…Bwabwa style !

Inès is one of my favourite  new artists.Compared to  Erykah Badu, she is more than that, deeply rooted in her caribbean culture. She made her debut album in 2008.

J’avoue, Inès est une de mes chouchoutes. J’aime son univers, sa musique, son attitude, son discours, son look. Je l’ai entendu pour la 1ere fois sur la compilation de soul française Atypik Soul (en même temps qu’Erik d’ailleurs), puis je l’ai vu plusieurs fois en live. Bien sûr, ses influences nu soul sont évidentes, mais bien plus qu’un ersatz d’ Erykah Badu créole, ses racines sont solidement ancrés dans sa culture caribéenne. Elle représente d’ailleurs assez bien nos nouvelles réalités, soit une afropéenne chantant en créole, mi-guadeloupéen, mi-haitien, mi….bwabwa !

Extrait de sa bio sur le Myspace d\’Inès :

INES KHAI est une chanteuse profondément guadeloupéenne. Guadeloupéenne dans sa langue qui reste CRÉOLE malgré l’exil, dans sa peau qui vibre sur les accords caribéens, dans son cœur qui bat aux rythmes du TAMBOUR KA.
Son enfance en France est aussi une enfance en Guadeloupe car, dans la maison familiale, c’est le créole et le son du ka qui résonnent.
Les années s’écoulent en musique jusqu’à ce qu’elle croise le chemin du metteur en scène Mohamed Rouabhi. Il lui permet d’emmener son créole aux quatre coins de la France mais aussi à l’étranger (Belgique, Pays-Bas, Italie, Sénégal, Brésil…) par le biais de son spectacle MALCOLM X. S’en suivront d’autres collaborations avec la compagnie Les Acharnés (Requiem Opus 61, Vive Le France). Parallèlement, elle découvre le negro spiritual au sein de la chorale GOSPEL DREAM ainsi que le gospel contemporain avec GOSPEL R&B LINE. Son répertoire alors nu soul en créole s’étoffe peu à peu jusqu’à sa rencontre avec DJ Phonie puis Exxòs qui l’initient au son kako mizik. C’est de toutes ces influences que nait en 2008 son premier album BWABWA.
L’amour du live la conduit sur de nombreuses scènes parisiennes (Canal Opus, Divan du Monde, Baiser Salé, Chapelle des Lombards, New Morning…) et caribéennes (Bik Kréyol, Little Buddah, Salle Robert Loyson, Artchipel…).
Aujourd’hui, c’est le ka qui est au centre du nouveau répertoire pour conter l’histoire de Nèg lòt bò, l’exilé, celui qui chante une Guadeloupe fantasmée, rêve, maudit cet océan et ce voyage triangulaire. Nèg lòt bò accompagné d’une guitare et d’un KA pour chanter le BLUES du mal-aimé, de celui qui cherche sa place ailleurs, derrière l’océan.

En live :

Actualité : après un 1er album sorti en 2008, elle travaille actuellement à l’enregistrement de son second opus.